Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La centrale de Braud Saint Louis est elle en sécurité ?

Inondations en Gironde : « Le niveau des crues pourrait dépasser celui de 1999 » : la centrale de Braud Saint Louis est elle en sécurité ? On peut en douter !

Communiqué de Presse EELV Aquitaine – 31 Janvier 2014

« Une première perturbation abordera dès vendredi le littoral girondin avec des vents de sud-ouest tendant à se renforcer en soirée, accompagnés de fortes averses de pluie. La forte houle d’ouest attendue samedi et les vents forts dans la nuit de samedi à dimanche (rafales pouvant atteindre 120 km/h sur les côtes) peuvent conduire à des niveaux de crue assimilables à ceux de la tempête de 1999« , précise la préfecture.

Les circonstances météorologiques sont similaires à celles qui ont conduit à frôler l’incident majeur à la centrale nucléaire de Braud Saint Louis.

En effet, le 27 décembre 1999 des vents violents produits par la tempête Martin provoquèrent une brusque montée des eaux de l’estuaire de la Gironde et l’inondation d’une partie de la centrale. Gonflées par une grande marée et poussées par des vents de plus de 140 km/h, les vagues ont franchi la digue qui devait protéger la centrale. La route d’accès à la centrale fut rendue impraticable. Une surtension sur le réseau électrique avait d’abord provoqué l’arrêt d’urgence de deux réacteurs (le 2 et le 4). Des débris charriés par la Gironde en crue vinrent obstruer une pompe de refroidissement du réacteur 1, qui se mit lui aussi en arrêt d’urgence. En sous-sol, les galeries techniques furent noyées par une eau boueuse qui envahit le bâtiment de stockage du combustible. Le réacteur perdit alors deux systèmes essentiels pour sa sûreté. Le local abritant les deux stations de pompage du circuit de refroidissement du réacteur 1 fut inondé.

Devant la gravité des événements, l’autorité de sûreté à Paris actionna pour la première fois la gestion nationale de crise … On frôla l’accident majeur et la tempête eut raison des protections du site électronucléaire : 90 millions de litres d’eau envahissent le site.

EELV Aquitaine voudrait bien croire l’autorité de sûreté nucléaire, le préfet d’Aquitaine mais ce scénario n’est-il pas encore envisageable en 2014, soit 15 ans après ?

Les digues sont elles suffisantes ? (Les digues qui cernent les quatre réacteurs ont été renforcées et rehaussées à 8,30 m.).

Les stations de pompages et les groupes électrogènes de secours sont ils sécurisés ?

EELV Aquitaine déplore fortement que la route d’accès n’ait pas été relevée et soit toujours inondable ! Sa cote est à 4,50 m. Or l’accident de Marcoule, le 12/9/2011 (L’explosion d’un four sur l’installation nucléaire Centraco à Codolet dans le Gard, a fait un mort et quatre blessés) a bien montré que l’arrivée rapide des pompiers était cruciale en cas de sinistre. Que se passerait-il si un incendie se déclarait avec la route recouverte par deux mètres d’eau ? Le risque incendie a la particularité d’être permanent dans une installation industrielle.

EELV rappelle que la sécurité totale n’existe pas et qu’un risque est toujours possible (naturel ou terroriste).

Europe Ecologie Les Verts Aquitaine demande la fermeture rapide de la Centrale du Blayais et a des propositions concrètes pour développer un mix énergétique 100% renouvelable d’ici 2030.

Clément Rossignol-Puech, Porte-Parole EELV Aquitaine

Tag(s) : #Communiqué de Presse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :