Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La grande affaire du « Grand débat national » aura au moins permis à tous, à commencer par les plus hautes autorités de notre République jacobine, de redécouvrir l’importance du rôle des Maires dans le bon fonctionnement de la Vème République.

 

Il aura fallu une dizaine de week ends de mobilisation des Gilets jaunes pour que notre Gouvernement prenne conscience que, dans une démocratie apaisée, ce sont les écharpes des Maires, et non les cordons de CRS, qui sont les meilleurs garants du dialogue démocratique dans notre pays.

 

Sans nul doute, la composition trop monocolore de l’Assemblée Nationale n’a pas permis à notre représentation nationale de jouer son rôle d’alerte et de relai de communication entre nos institutions et la « France d’en bas »…

 

Les Maires sont des « habitués » des doléances de leurs concitoyens, toujours en première ligne pour écouter leurs besoins, leurs demandes, parfois leurs colères. Dans nos petites villes, le Maire reste souvent le seul élu « à portée de baffes », ce qui l’immunise de manière très efficace contre le syndrome de la tour d’ivoire…

 

A Bègles, le dialogue démocratique est une pratique ancienne : Assemblée citoyenne, béglaise, Conseil municipal des jeunes, Conseils de quartiers, Conseils Citoyens, forums de proximité… de nombreux espaces de débat ont été ouverts, où chacun peut trouver sa place et s’exprimer librement.

 

Depuis mon élection en juin 2017, des forums de proximité semestriel se tiennent dans chaque quartier de la ville, sous forme de réunions publiques, permettant de maintenir un dialogue régulier entre concitoyens et élus municipaux.

Les comités de quartier, qui se réunissent plusieurs fois par an jouent depuis un siècle le rôle important de socialisation de quartier. 

L’assemblée citoyenne béglaise fait l’objet de saisines du Conseil municipal, permettant d’éclairer les élus du suffrage universel, au plus près des réalités du terrain.

Vous l’aurez compris : Bègles n’a pas attendu le « Grand débat national » pour pratiquer le débat démocratique !

 

Néanmoins, la ville de Bègles souhaite assumer toutes ses responsabilités, et a ouvert depuis le 19 décembre des « cahiers de doléances », ouverts à tous (cahiers de doléance à Bègles).

L’origine, la durée, l’intensité, la composition et l’expression du mouvement des Gilets Jaunes, ainsi et que le fort soutien des Français, nous rappellent les fractures sociales et démocratiques dans lesquelles se trouve la société française. Bien sûr, les diagnostics varient et les réponses à apporter sont nombreuses et collectives.

Ma conviction, partagée au sein de la majorité municipale, est que justice sociale et enjeux environnementaux sont intimement liés. Ceux sont les territoires ruraux de la  «diagonale du vide» du centre de la France et périurbains des grandes agglomérations qui subissent le plus l’aliénation automobile de notre société et de l’aménagement du territoire national en panne d’équilibre qui en découle.

Pour être acceptées, les politiques climatiques doivent être justes et tenir compte des inégalités, sociales et territoriales, précisément pour les réduire. L'impôt sur la fortune doit être rétabli et la fraude fiscale traquée car il est juste de réduire les écarts entre les hauts et les faibles revenus qui, scandaleusement, augmentent continûment en ce début de XXI siècle. L’urgence climatique est un fait démontré et il nous faut trouver des solutions collectives et justes socialement pour sauver notre climat et préserver notre futur. Pour cela, l’abstention toujours plus grandissante à chaque élection doit nous imposer une réforme en profondeur de notre démocratie : il est inacceptable qu’il n’y ait aucun député issu du monde ouvrier actuellement à l’assemblée. Les réseaux sociaux et la démocratie directe peuvent faire partie de la solution, mais non pas le refus du fait représentatif et la tolérance au recours de la violence. Il est plus que temps de co-construire un nouveau contrat social, environnemental et démocratique.

Bègles, terre de solidarités, accueil un tissu associatif qui joue pleinement son rôle de cohésion sociale entre habitants. Les plus fragiles trouvent l’aide dont ils ont besoin au quotidien grâce à de nombreuses générosité et bénévoles. Le Centre communal d’action social (CCAS) de la Ville accompagne lui aussi les familles pour répondre concrètement à leurs besoins. Le Centre social et culturel l’Estey propose des temps d’ateliers, d’échanges et d’information ouverts à tous. La Ville, enfin, applique une politique de tarification échelonnée basée sur le quotient familial pour l’accès aux services publics de cantine et de crèches, d’accueils des enfants au centre de loisirs, pour l’inscription à l’école de musique. Car la commune constitue bien souvent le dernier filet social pour ceux qui se trouvent en difficulté.

Les Maires sont donc, plus que jamais, en première ligne du combat pour préserver le lien social et œuvrer pour la transition écologique. Pour tout cela, ils sont souvent les élus qui ont conservé un lien fort de confiance avec leurs concitoyens.

Pour retisser ce lien, les plus hautes autorités de notre République devront s’engager sur la même voie.

Il y a urgence.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :