Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si le fuseau à grande vitesse qui reliera Bordeaux à Tours par le train est aujourd’hui entériné, la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique reliant Bordeaux à Irun continue de faire débat. Problèmes environnementaux, tracés, financement… plusieurs volets du projet LGV-SEA sont toujours questionnés.

A Bègles, il avait été lancé dès 2006 par l’adoption en conseil municipal d’une motion réclamant à la Commission nationale une étude complémentaire au projet ferroviaire Bordeaux Espagne, particulièrement orientée vers le fret , intégrant la réalisation logique d’un contournement ferroviaire de l’agglomération bordelaise ainsi que l’aménagement d’une plateforme multimodale excentrée… étude prenant en compte pour l’agglomération bordelaise les problématiques de reports modaux, fret et voyageurs…

En l’état actuel du projet, le refus de RFF de donner la priorité au fret sur les voyageurs indique que le transfert nécessaire du fret international de la route vers le fer ne répondra pas aux engagements de réduction de gaz à effet de serre pris par la France à Kyoto.

Par ailleurs, les zones traversées auront à subir des nuisances importantes, en contradiction avec les conclusions du Grenelle de l’environnement.

Le Député-Maire Noel Mamère, Simon Charbonneau de la coordination Associations vigilance LGV et Victor Pachon membre de du CADE (associations du Pays Basque et du sud des Landes) ont poursuivi le débat salle Jean Lurçat à Bègles.

J'ai annoncé lors de cette réunion que je ne voterai pas le protocole d'accord en conseil de CUB vendredi prochain, 10 juillet, comme en janvier dernier.

Tag(s) : #Au jour le jour

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :