Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

rocade.jpgChaque jour à Bordeaux, la rocade et les boulevards sont saturés à l’embauche et aux heures de sortie du travail. Or, d’ici 2030, l’agglomération bordelaise devrait voir sa population augmenter de 250 000 habitants et atteindre le million. Autant dire que si nous ne changeons pas nos modes de déplacements, circuler va devenir un véritable calvaire. Et cela, au moment même où le prix du pétrole sera de plus en plus élevé. La question est au coeur des préoccupations de Vincent Feltesse, président de la Communauté urbaine (CUB) qui a lancé cette année une série de débats, destinés à afiner son projet de la métropole du futur, « Bordeaux 3.0 ». Vendredi soir, par exemple, il était question du « partage
de l’espace public et des nouveaux usages de la voiture en ville ». « Il faut lutter contre l’étalement urbain et densiier la ville. C’est pourquoi nous allons construire 50 000 logements supplémentaires dans les années à venir, ain de faire baisser le prix du foncier », explique Clément Rossignol, viceprésident de la CUB, en charge des déplacements doux et des mobilités alternatives. Des logements, qui seront situés à proximité des commerces, du tramway, des bus, afin de « redonner envie aux familles de vivre en ville ». Pour inciter les automobilistes à « lâcher » leurs voitures, le réseau de bus
a déjà été entièrement repensé il y a un an. Le tramway, quant à lui, continue d’étendre son réseau.

 

L’autopartage : une solution pour l’avenir ?
Mais, « cela ne sufit pas », reconnaît Clément Rossignol. Parallèlement, il faut développer le covoiturage, qui fonctionne même en milieu rural, à l’image de la Bretagne, et l’autopartage. Le chantier est encore vaste. 63% des déplacements quotidiens dans la CUB se font encore en voiture. « Le marché de la location de véhicules ne concerne que 2,4% des français aujourd’hui, contre 20% aux Etats-Unis », fait remarquer Tony Lesaffre, PDG d’Europcar Atlantique, premier
loueur à s’intéresser à l’autopartage. Conscient que le citoyen choisira d’abord la solution la plus pratique, rapide et économique, ce chef d’entreprise a proposé que deux voitures soient dédiées à l’autopartage dans des rues de Nantes. Sur la CUB, l’autopartage n’en est qu’à ses prémisses, mais la collectivité s’est ixée des objectifs ambitieux : passer de 1 000 utilisateurs à 10 000 en 5 ans. Et, pour y parvenir, Clément Rossignol ne manque pas d’idées. « Pourquoi ne réserverait-on pas la troisième voie sur la rocade à l’autopartage ? ».

 

Nicolas Cesar

Tag(s) : #Au jour le jour

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :