Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

40ans-aurba.jpgL’a-urba, agence d’urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine, et Systra ont le plaisir de vous inviter à une conférence-débat autour du thème : La marche à pied : un mode de déplacement high-tech ?

 

Jeudi 13 janvier 2011 de 18h à 20h
Auditorium de Cap Sciences
Hangar 20 - Quai de Bacalan – Bordeaux

 

- 18h - 18h15 > 30 ans de pas perdus ! (ou le retour du piéton au coeur des politiques publiques)
Jean-Marc Offner, directeur général de l’a-urba
- 18h15 - 18h35 > le design de la marche
Georges Amar, directeur de la prospective, RATP
- 18h35 - 18h55 > marche à pied et transports publics : un couple uni pour la vie
Tarik Redjimi, responsable environnement, Systra
- 18h55 - 19h15 > marche à pied et innovations
Antonio Gonzalez-Alvarez, directeur de l’équipe Dynamiques territoriales, a’urba
- 19h15 - 19h35 > débat avec le public
- 19h35 - 20h > synthèse / point de vue des grands témoins
Michel Duchène, adjoint au maire de Bordeaux, vice-président de la CUB
Clément Rossignol, conseiller municipal de Bègles, vice-président de la CUB

 

La marche à pied a été pendant longtemps un mode de déplacement oublié des politiques de transports urbains et des innovations technologiques. Alors que dans le domaine des déplacements mécanisés les inventions foisonnent, l’idée que pour favoriser la marche à pied des aménagements élémentaires suffisent (mise en place d’itinéraires et d’espaces réservés aux piétons, amélioration des traversées, élargissement des trottoirs, etc.) a communément été admise, aussi
bien par les pouvoirs publics que par les spécialistes des transports.
Pourtant, depuis quelques années, la marche à pied commence à trouver sa place dans les politiques de déplacements. Le changement des mentalités en est en partie responsable : la marche est en effet désormais perçue comme un mode de déplacement attractif car peu coûteux, non polluant et bon pour la santé.
Autre constat : le renforcement de l’attractivité des transports en commun et de l’accès aux modes de déplacements alternatifs (vélos en libre service, etc.) stimule la pratique de la marche en ville.
Au delà, des outils de plus en plus sophistiqués se développent pour cerner les contours de ce mode de déplacement avec l’apparition de nouveaux systèmes de collecte de données, d’indicateurs et de concepts (« la marchabilité »). Des innovations technologiques accompagnent cet intérêt renouvelé pour la marche à pied, la rendant plus attrayante et ludique : dispositifs de capteur-émetteur permettant d’enregistrer les données du marcheur, systèmes de recharge de batterie en courant, trottoirs captant l’énergie cinétique des piétons...
Dès lors, la marche à pied, longtemps considérée comme une simple activité de loisir ou un mode de déplacement résiduel, est-elle en passe d’accéder au statut de « véritable » mode de déplacement urbain, efficace et adapté aux métropoles contemporaines ?

Tag(s) : #Editos - Interventions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :