Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Monsieur le Président,

Compte tenu des enjeux liés au changement climatique et dans la perspective du Sommet de Copenhague, le conseil de Communauté a adopté à l’unanimité le 2 octobre dernier une motion relayant l’appel « Ultimatum climatique » lancé par plusieurs associations.
 
Dans ce contexte, il nous apparaît important que la Communauté urbaine de Bordeaux donne un signal fort de son engagement en faveur du report modal, notamment dans les orientations inscrites dans son budget 2010.

Certes, des efforts conséquents sont prévus en matière de transports en commun, avec notamment les crédits qui seront consacrés à la troisième phase d’extension du réseau de TCSP dans le PPI 2010-2014.

Néanmoins, nous n’assistons toujours pas à une véritable réorientation de la politique voirie de la CUB. Il nous semble qu’en matière de politique voirie, priorité doit être donnée aux aménagements en faveur des déplacements doux (en accélérant la résorption des
discontinuités et l'aménagement des franchissement de coupure urbaine ainsi qu’en développant un réseau vert) et des transports en commun (notamment en ce qui concerne les voies réservées ou les priorités aux carrefours pour les bus) de manière à développer la pratique des modes doux, améliorer la vitesse commerciale des bus et l’efficacité du nouveau réseau.

Certes, le projet de PPI 2010 – 2014 prévoit 18 M€ d’aménagements en faveur des transports en commun, soit une progression de 3,5 M€ par rapport au PPI précédent. De même, un certain nombre de crédits seront vraisemblablement inscrits dans le cadre du budget supplémentaire en ce qui concerne la résorption des discontinuités cyclables.

Toutefois, le poids des investissements liés aux aménagements de voirie dans le PPI 2010-2014 de la CUB (168,3 M€ pour les seuls aménagements de voirie, hors ouvrages d’art) et l’objectif affiché de report modal doivent nous inciter à définir des orientations politiques claires quant à notre politique voirie. Le contexte de la diminution des coûts des travaux de voirie (entre -20% et -30%) constitue également une opportunité à saisir afin que les économies ainsi générées permettent non pas de faire plus de voirie, mais de faire « autrement ».

C’est pourquoi nous appelons de nos vœux un audit de la politique voirie qui, sans remettre en cause les projets déjà amorcés dans le cadre des contrats de co-développement, permettra de mettre en cohérence l’action de la CUB, de définir des objectifs communautaires en terme de voirie et de réexaminer le cas échéant les projets non encore validés et l’affectation des crédits non consommés.

Par ailleurs, dans le même ordre d’idée (réduire la part modale de l’automobile), nous vous proposons, Monsieur le Président, que la Communauté urbaine étudie la possibilité et l’opportunité d’une expérimentation du péage urbain selon les modalités prévues dans l’amendement Nègre adopté dans le cadre du Projet de loi Grenelle II par le Sénat fin septembre 2009. D’autre part, nous vous rappelons que la CUB est actuellement la seule grande agglomération à ne pas s’être saisie en totalité de ce qui s’apparente au premier des péages urbains, à savoir la compétence pour le stationnement de surface. Il nous semble que la Communauté Urbaine devrait exploiter ces deux outils que sont le stationnement de surface et l’expérimentation d’un péage urbain pour atteindre ses objectifs en terme de report modal.

Enfin, en ce qui concerne le dossier de la mise à 2x3 voies de la rocade, nous vous rappelons notre opposition d’une manière générale à de nouveaux investissements autoroutiers qui captent des moyens financiers importants au détriment des transports collectifs notamment, qui ne font qu’accentuer plus encore la suprématie de l’automobile et qui ne réduiront en rien la problématique de la saturation de la rocade. Nous sommes néanmoins favorables à des aménagements sur la rocade en faveur du transport collectif et des véhicules à occupants multiples.

En vous remerciant de l’attention que vous accorderez à ces propositions, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

 
Clément ROSSIGNOL, Vice-président Déplacements doux et Mobilités alternatives, Membre de la Commission Finances et du groupe de travail économies/ressources
Gérard CHAUSSET, Vice-président Transports de demain, Président du groupe des élus Verts et apparentés
Tag(s) : #Editos - Interventions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :