Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Perspective-he-lico-Pont-dAquitaine-vers-Bordeaux.jpg

 

 Après l’élaboration d’un diagnostic du territoire relativement convaincant, le conseil syndical du SYSDAU examine ce lundi 10 décembre le Document d’Orientations et d’Objectifs (DOO), nouvelle étape dans la révision du SCoT de l’agglomération bordelaise.

 

 Si des avancées ont certes été apportées au document, notamment sur la contraction des enveloppes urbaines et la prise en compte de la trame verte et bleue et des espaces viticoles, les élus EELV considèrent que le projet présenté comporte en l’état des faiblesses qu’il devient urgent de combler avant l’arrêt du projet prévu pour début 2013.

 

 De leur lecture attentive du document, les élus EELV retiennent notamment un manque certain d’ambition sur le volet agricole, faisant fi des projets en cours de dynamisation de l’agriculture périurbaine dans notre agglomération.

 

Les élus EELV déplorent par ailleurs que certains enjeux environnementaux majeurs aient été « oubliés » purement et simplement : c’est le cas de l’autonomie énergétique du territoire, du développement des énergies renouvelables ou de la gestion des déchets par exemple.

 

Plus inquiétant : la nouvelle mouture du DOO apparaît comme l’illustration d’une réflexion inaboutie, qui acte l’existant sans proposer de nouveau modèle.

 

Le document proposé poursuit ainsi la déconnexion entre habitat et développement économique et conforte la logique du tout routier dans le domaine logistique avec le renforcement du site de Cestas Pot-au-Pin, ce qui n’est pas acceptable.

 

Enfin, le projet de SCoT tel que rédigé semble oublier ses fondamentaux (la lutte contre l’étalement urbain et la réduction par quatre des GES à l’horizon 2050) alors que, rappelons-le, le SCoT de l’aire urbaine bordelaise fait partie des douze SCoT retenus par le Ministère de l’Ecologie en mars 2009 pour mettre en œuvre et expérimenter les orientations issues du Grenelles de l’environnement.

 

Avec une augmentation, d’après les premières simulations, de + 5,7% des émissions de gaz à effet de serre, le SCoT proposé est donc bien loin des objectifs fixés tant nationalement que territorialement de réduire de -25% ces émissions pour atteindre le facteur 4 à l’horizon 2050.

 

Les élus EELV appellent donc le SYSDAU à revoir rapidement sa copie et à aller au-delà des vieilles recettes arrangées à la sauce Grenelle.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :