Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La gestion des aéroports, publique ou privée ?

A l’occasion du vote de la délibération sur l’assistance à maitrise d’ouvrage qui visait à étudier les conditions de rachat  d’une partie du capital de l’aéroport à l’Etat, Clément Rossignol a souhaité faire part de la stupéfaction du groupe EELV sur la volonté de l’Etat de limiter à 49% le rachat par les collectivités locales des parts d’aéroports encore publiques.
En effet, cela les empêcheraient d’avoir toute autonomie de gestion, alors que le gouvernement continue de privatiser les secteurs clés de notre société comme le transport, après Le TGV, les autoroutes et maintenant les aéroports et ce pour deux raisons :

La première est une raison court-termiste : faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’état.
La deuxième raison idéologique celle-là, au profit d’habituels grands groupes privés, est que nous assistons d’une part à la mise sous coupe réglée des collectivités locales, et d‘autre part à l’abandon de la politique d’aménagement du territoire. Clément Rossignol montre son inquiétude du fait que le même groupe privé pourra gérer à la fois la LGV et l’aéroport qu’il va pouvoir mettre en compétition. Il serait bon de savoir comment il va gérer cela et quels choix vont être faits.

Il a rappelé que pour les écologistes, la gestion des aéroports est symbolique, en prenant l’exemple de l’aéroport de Notre Dame des Landes :  En décembre 2010, la réalisation et la concession de cet aéroport a été attribuées par l’Etat au groupe Vinci pour 55 ans. Le futur aéroport est prévu pour 2017. Pourtant malgré une desserte ferroviaire actée et budgétée, elle n’est actuellement pas prévue dans le projet !

« Nous voyons bien que la gestion privée des infrastructures pose problème et dans le cadre de partenariat public-privé nous assistons à un recul de ce qui était programmé. »

Le low cost doit-il être financé par les collectivités territoriales ?

Clément Rossignol a ensuite développé la question du dévelopepment du transport aérien, précisant que si nous écologistes sommes favorables à la gestion publique, la question se pose sur quel transport aérien nous voulons. « Nous sommes opposés au développement à tout crin du Low cost »  et de citer l’exemple de l’étude de la CCI de Pau sur l’aéroport qui mentionne le financement public des vacances des classes moyennes à supérieures de l’autre côté de la méditerranée. « Nous ne tranchons pas mais c’est un débat qu’il nous faudra avoir ».

Il conclut qu’en ayant la main sur les aéroports, avec l’arrivée de nouvelles lignes qui vont donner encore plus de compétition, les collectivités territoriales pourront décider le type de vol à privilégier et quelle complémentarité donner avec le fer et la route.

Tag(s) : #Editos - Interventions

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :